Chantal Zaouche-Gaudron est professeure émérite de psychologie de l’enfant

 

La petite enfance – de la naissance à 6 ans – est tout autant une période de constructions extraordinaires que de vulnérabilité en raison des développements qui s’y réalisent. Nous ne sommes pas vulnérables par « essence », et les vulnérabilités résultent la plupart du temps de divers mécanismes liés notamment aux conditions de vie dans lesquels les personnes évoluent depuis leur enfance et tout au long de leur vie. En France, le mot de « négligence » se cherche et/ou se cache derrière les termes de « maltraitances » et « violences » ou s’insinue comme il le peut dans des interstices. Proposer une définition claire et explicite des négligences envers les enfants, prenant en compte l’ensemble des caractéristiques qu’implique le vocable, l’affiner afin que chacune et chacun puisse retrouver les multiples sens qu’il ou elle lui donne selon la posture de professionnel.le, de chercheur.e, de citoyen.ne qu’il ou elle occupe est un exercice difficile mais néanmoins nécessaire. L’inscrire dans plusieurs champs disciplinaires (développement et attachement, clinique, psychopathologie) et à la croisée des pratiques professionnelles nécessite aussi une démarche réflexive. C’est à cet exercice que sera consacrée la première partie de notre propos. La deuxième proposera une approche écosystémique afin de pouvoir appréhender la problématique des négligences dans l’articulation entre parent et espace social. Le modèle écosystémique permet, en effet : 1/ de cerner tout à la fois les conditions personnelles, interactionnelles et sociétales dans lesquelles les négligences apparaissent, se déroulent et se transmettent d’une génération à l’autre tout en précisant les facteurs de risque et de protection, 2/ d’expliciter certains processus essentiels tels que les besoins fondamentaux des enfants et le métabesoin de sécurité et 3/ de préciser les responsabilités tant individuelles que collectives permettant de s’extraire de l’unique stigmatisation des parents, notamment les mères. Une approche holistique constitue la meilleure réponse sociale et politique à la problématique des négligences envers les enfants qui ne peut se réduire à la seule focalisation et stigmatisation parentales.

 

Fonctions professionnelles actuelles et passées

  • Professeure Emérite de psychologie du jeune enfant, UMR Lisst-Cers, UT2J
  • Membre d’Honneur du GIS BECO-UFTMip « Bébé, petite Enfance en COntextes »
  • Membre du HCSP-Santé de l’enfant et des jeunes-approche populationnelle
  • Co-Directrice de la Collection « Enfances, Parentalités et Institutions », Editions Eres


Bibliographie

  • Vinay, A. & Zaouche Gaudron, C. (2017). Psychologie de la famille. Paris : Dunod.
  • Zaouche Gaudron, C., Flores, J-J., Jaspart, C. Paul, O. & Savard, N. (2016).
  • Exposés aux violences conjugales : les enfants de l’oubli. Toulouse : Eres.
  • Zaouche Gaudron, C. (2017). Enfants de la précarité. Toulouse : Eres.
  • Zaouche Gaudron, C. (éd.), Danielle Boyer, Carl Lacharité, Marianne Modak, Gilles Séraphin, Anne-Lise Ulmann, (2021). L’accueil du jeune enfant en situation de pauvreté. La Documentation Française, Paris.
  • Zaouche Gaudron, C., Dupuy, A, Mennesson, C., Kelly-Irving, M. (Eds.). (2021). Espaces de socialisation extrafamiliale dans la petite enfance. Toulouse, Editions ERES, collection Enfances, Parentalités & Institutions.

Les partenaires de l'événement

Une initiative
En collaboration avec
Avec le soutien de
Avec la participation de