Margot Déage est maîtresse de conférences à l’Université Grenoble Alpes, LaRAC

 

Le harcèlement est loin d’être un phénomène nouveau. Pourtant, il n’est devenu l’objet des préoccupations des chercheur·es et des responsables politiques français·es qu’à partir des années 2010. Tout d’abord, nous reviendrons sur l’émergence de cette notion. Puis, nous constaterons l’étendue du phénomène, données chiffrées à l’appui. Enfin, nous retracerons la prise en compte progressive des enjeux du genre et du numérique dans le traitement de ces violences.

 

Fonctions professionnelles actuelles et passées

Je mène des travaux portant sur les rapport des jeunes à la culture, en investissant particulièrement les inégalités, les différences de genre, ainsi que les effets de la globalisation, depuis l’enfance jusqu’aux années d’entrée dans l’âge adulte.


Bibliographie

  • Déage M., 2018, « S’exposer sur un réseau fantôme: Snapchat et la réputation des collégiens en milieu populaire », Réseaux, 208, 2, p. 147.
  • Déage M., 2020, « Avoir une réputation » : étude du (cyber)harcèlement scolaire comme risque réputationnel genré, Thèse de doctorat, En ligne, Sorbonne Université, 596 p.
  • Déage M., 2023, À l’école des mauvaises réputations: les relations entre élèves et leurs risques à l’ère du numérique, Paris, Presses universitaires de France / Humensis (Education & société), 286 p.

Margot Déage

Les partenaires de l'événement

Une initiative
En collaboration avec
Avec le soutien de
Avec la participation de